2
Mar
2018
Voiture autonome

L’impact d’une seule voiture autonome sur le trafic

Une belle vidéo qui illustre tant le célèbre « effet accordéon » que la possibilité à terme de réguler le trafic avec très peu de voitures autonomes.

L’état du trafic peut ne dépendre que d’une poignée de véhicules ; d’ailleurs on parle bien de « flot de véhicules » ce qui veut bien dire que la circulation est, pour des tronçons bien choisis, d’une certaine manière homogène et que la représentation de l’état du trafic peut se faire en conséquence avec seulement un faible échantillon du trafic réel.

C’est bien le principe de base de l’utilisation du Floating Car Data dont la représentativité se trouve autour de 10% du trafic réel et qui permet aisément de caractériser la fluidité sur une grande partie des axes routiers.

Une seule voiture autonome pour réduire la congestion

Il est parfois affirmé que les avantages à long terme des voitures autonomes, comme des routes plus sûres par exemple, ne seront pas clairement ressentis tant que les véhicules autonomes ne représenteront pas la majorité du trafic routier. Jusqu’à ce que cela se produise, les automobilistes continueront d’avoir un impact sur la circulation, et à occasionner des accidents par exemple.

Cependant, une nouvelle étude de l’Université de l’Illinois entend que l’ajout d’un petit nombre de voitures autonomes peut réduire la congestion sur nos routes.

Vous avez probablement vu la démonstration d’un embouteillage fantôme lorsque des voitures circulent en cercle pour simuler l’impact d’une seule voiture qui ralentit sur une route fréquentée.

 

Une voiture freine, sans raison particulière et le ralentissement se répercute aussitôt sur le trafic. Désormais, la recherche de l’Université de l’Illinois, dirigée par Daniel Work, montre que l’ajout d’une seule voiture autonome dans l’une de ces simulations peut réduire l’effet accordéon.

Les résultats de l’étude montrent que si un véhicule autonome contrôle « intelligemment » sa vitesse lorsqu’un embouteillage fantôme commence à se former, il est possible de réduire le nombre de freinages.

Les chiffres sont impressionnants : la présence d’une seule voiture autonome réduit d’environ 50 % l’écart-type de la vitesse de toutes les voitures dans le bouchon. Aussi le nombre de freinage passe de 9 à 2,5 (voire parfois 0) par véhicule pour chaque kilomètre parcouru.

Aussi, l’utilisation de carburant augmente lorsque les voitures ralentissent et réaccélèrent, la présence du véhicule autonome réduit donc la consommation de carburant. D’après les calculs effectués, les économies de carburant sont de l’ordre de 40% en moyenne sur l’ensemble des voitures dans le trafic.

Il est intéressant que ces améliorations puissent se produire avec seulement un seul véhicule parmi 20 autres dans la circulation. Toutefois, il est important de noter que le niveau d’autonomie requis pour obtenir cet effet n’est pas celui désiré par Waymo ou encore Uber, il s’apparente davantage au régulateur de vitesse déjà présent dans la plupart des voitures récentes.

Ainsi, même si nous devrons attendre un peu plus longtemps pour que les effets de la voiture autonome soit clairement perçus, sa capacité à réduire la congestion du trafic pourrait être utilisée plus tôt que prévu.

Source : https://www.technologyreview.com

Vous pourrez aussi aimer

formation d'un bouchon
Comment se forme un bouchon
floating car data formation
Exploitation des données Floating Car Data
embouteillage
Les 10 pires embouteillages de l’Histoire en images

Laisser un commentaire